nouvelle année

Créé par le 01 jan 2015 | Dans : Non classé

la commune de massac vous souhaite une bonne et heureuse année !!!!!

10857717_10154902571175018_2228578209829881389_n

découverte du safran.

Créé par le 20 oct 2014 | Dans : Non classé

ce dimanche 19 octobre 2014 fut un moment de partage avec Betty et olivier !!!!

la découverte du safran dit  » l’or rouge « .

Nous avons découvert le safran, son histoire, ses légendes, ses vertus, sa floraison magique et le séchage de ses pistils pour en obtenir la plus précieuse des épices, l’Or Rouge.

merci a vous deux pour cette après-midi découverte et ce partage de savoir faire !!!

safran IMG_2820 IMG_2835 IMG_2837

SAFRAN DIAMANT ROUGE

Créé par le 04 oct 2014 | Dans : Non classé

SAFRAN DIAMANT ROUGE

JOURNÉES DÉCOUVERTES :

le samedi 11 octobre 2014 à partir de 15h00

le vendredi 17, le samedi 18, le dimanche 19 octobre 2014 à partir de 15h00

le vendredi 24, le samedi 25, le dimanche 26 octobre 2014 à partir de 15h00

safran diamant rouge vous invite à la découverte de l’or rouge !!!!!!!

téléphoner avant de venir pour savoir si les fleurs sont de sortie au 05/46/26/15/98

 VENEZ NOMBREUX  !!!!!!!!!!

MERCI D’AVANCE !!!!!!!!!!

1392098_1427120140832725_577828266_n IMG_2812 IMG_2813 IMG_2814 IMG_2815 img105 img106 img107 img109

Historique de Massac

Créé par le 10 mai 2012 | Dans : Non classé

L’histoire de Massac est marquée par la succession de ses seigneurs au fil des siècles. Il semble que la seigneurie de Massac vienne du démentèlement de la seigneurie de Matha. Son premier seigneur, nommé Grand, a été anobli par Philippe Le Bel. Massac appartenait, à la fin du XIIIème siècle, à Robert II de Matha. Le 15 Janvier 1573 Jean Grand obtint l’autorisation de faire construire un pont-levis, détruit en 1613. Jean Grand avait deux enfants, Marie et Abraham. Ce dernier décéda de ses blessures, suite à une attaque, en 1585.  La seigneurie de Massac reviendra à la fin du XVIème siècle à la famille Vigier, grâce au mariage en 1593 de Marie Grand et Jean Vigier. Jean Vigier fût le plus détestable des seigneurs, un vrai tyran.  Il était en opposition avec le seigneur de Matha, Monsieur de Bourdeille, qui était profondément catholique.

En 1613, des conflits éclatèrent entre Jean Vigier et le seigneur de Matha, Monsieur  de Bourdeille. Celui-ci  ordonna en premier lieu de détruire le pont levis du château de Massac. Ce n’était qu’un début, car peu de temps après, le sang se mit à couler.Un soir que la dame de Massac et son fils rentraient chez eux, Monsieur de Bourdeille, les attaqua. Il blessa à l’èpèe Monsieur de Ségeville, fils de la dame de Massac. Celui-ci se défendit en plantant son épée dans le cheval de son assaillant qui mourut trois jours plus tard.Monsieur de Bourdeille fut arrêté quelques temps plus tard et incarcéré à la conciergerie du tribunal de bordeaux le 4 Mars 1618. Mais il existait à Massac un autre ennemie de la famille Vigier, le curé du village, qui les considéraient commme des « suppôts de Satan ». Il se nommait Messire Léonard Maubrun.

Le Samedi 25 Mai 1619, alors que Monsieur de Ségeville, fils du seigneur de Massac, revenait au logis seigneurial accompagné de son cousin, ils furent attaqués  par les hommes en noir armés d’épées et de pistolets. Ces hommes qui n’étaient autres que le curé, son neveu, et le vicaire Etienne Théolière, son autre neveu Pierre Certou, vicaire de Sonnac ainsi que Elie Aumarchand, abbé commanditaire de Saint Séverin sur Boutonne, qui était logé au château de Matha,barrèrent la route aux deux gentilshommes. Ségeville qui sortit  qui sortit son épée, fut tout de suite abattu d’un coup de pistolet par Pierre Certou. Son cousin réussit à s’échapper.

Les hommes d’église, qui avaient agis sous le commandement de Monsieur de Bourdeille, furent arrêtés et conduits à la conciergerie du Parlement de Bordeaux en attendant leur jugement.

Monsieur de Bourdeille nia toutes les accusations qui avaient été faites contre  lui . Il accompagna l’armée du Duc d’Epernon qui assiégeait les protestants de Royan en Mai 1622.

Il y fut tué. Mort héroïque et glorieuse d’un fidèle serviteur du roi diront les uns et fin vengeresse comme châtiment de sa perfidie diront les autres. La mort de Claude Bourdeille n’apaisa pas la haine qui existait entre Jean Vigier et Marie Grand. Sa femme, Marguerite du Breuil de Théon, fût l’instigatrice de nouveaux conflits. 

Le curé de Massac reprit ses fonctions rapidement . Il exerça jusqu’en 1635. C’est Henri Vigier, le cadet des fils, qui hérita de la seigneurie de Massac. Ce dernier épousa Marie de Queux, fille du seigneur de St Hilaire de Soubise. Ils eurent deux enfants, Charles qui devint seigneur de Massac et Henriette. Charles Vigier semble s’être converti au catholicisme. Il a épousé Anne de St Hermine, fille de Anne et Joachim Guibert. Il mourut le 22 Octobre 1695 . Il fut enterré le lendemain dans l’église de Massac, lieu de repos que les seigneurs de Massac n’avaient pas connu depuis plus d’un siècle, étant protestants. Il avait reçu l’extrême-onction du curé Clergeau et quatre prêtres des environs assistaient à son inhumation. De son mariage avec Anne de St Hermine étaient nées cinq filles nommées: Anne-Suzanne, Marie-Anne, Diane-Angélique, Suzanne et Esther-Henriette. Elles acceptèrent la succession de leur père à condition qu’un inventaire des biens soit fait. Il en résultat que le tout était dans un état de délabrement absolu. Ainsi dans la chambre de leur tante Henriette, qui était veuve, il manquait quinze carreaux de vitres et treize dans la chambre voisine. L’ameublement était composé d’un petit lit avec son linge fort usé, de six chaises de paille, une table de noyer et deux guéridons. La grange du logis n’avait pas de porte et le ballet manquait de tuiles.

Cette comtesse vivait dans un lieu qui frôlait la misère. Les cinq filles héritèrent également des dettes. Par bonheur, en 1702, elles apprirent qu’une cousine éloignée, apparentée à leur mère, leur fit donation de 800 livres de rente annuelle et perpétuelle.Elles purent ainsi rembourser leurs dettes. En 1709, Suzanne se marie. En 1716, les demoiselles ne sont plus que trois. Marie-Anne a disparu. Est-elle décédée ou rentrée au couvant?

Le 28 Août 1716, ces trois demoiselles achètent le Logis de Bellevue à Gourvillette pour 2210 livres à Bernard Guinot, seigneur de Lonzay, paroisse de St Pardoult, gouverneur de Saint Jean D’Angély. Le 16 Juin 1717, elles achètent les terres situées devant le logis noble de Bellevue. Le 6 Mars 1720, les trois demoiselles passent devant le notaire un acte de donation mutuelle. Les biens meubles sont estimés à 2000 livres, les immeubles à 5000 livres. Le 11 Septembre suivant, elles héritent une nouvelle fois. La succession est éstimée à 12681 livres 15 sols.

Le 10 Juin 1720, Anne-Suzanne épouse Charles de Livenne, chevalier, seigneur de Grosbot et de St Genis de Meulières ( d’ Hiersac) . Le contrat est passé au logis noble des Granges d’Aumagne, chez Monsieur de St Martin.

Le 4 février 1722, Esther-Henriette s’unit à Isaac Renouard, seigneur de La Madeleine ( près de Criteuil en Charente).

Seul Diane-Angélique ne se marie pas. Le 25 Octobre 1747, elle achète de Jean de Livenne, seigneur des Rivières, le fief d’Auge, situé entre Gourvillette et Massac, un fort beau domaine. L’achat se monte à 3300 livres payées comptant en louis d’or.

Le 17 Mai 1757 Diane-Angélique décède. Le fils de sa soeur Suzanne, Charles , reprend la succession du domaine.

Au milieu du XVIII siècle, il ne reste du caractère moyenâgeux de l’ensemble, qu’un donjon avec puits, deux tours servant de toits à volailles, des douves presque comblées où poussent des arbrisseaux et dans le jardin est présente une fuie envahie par le lierre. Les bâtiments sont en bon état et le four banal* est neuf. Charles de Blois, fils de Suzanne Vigier avait épousé Marie Pandin de Beauregard dont il eut six enfants, sa fille Marie-Jeanne hérita de Massac .Le 18 Avril 1781, elle épousa Pierre Bigot, seigneur de Baulon, fils d’un conseiller au Parlement de Bordeaux. Il mourut en 1789 transmettant Massac à la famille Bigot.

A la révolution, madame Bigot disparut de la région, mais n’emigra pas. C’est ce qui explique que les seigneuries de Massac et de Baulon ne furent pas vendues comme biens nationaux. En 1811, elle vendit la seigneurie.

« Peu de villages ont eu des seigneurs aussi connus que ceux de Massac et peu de familles ont eu des vies aussi mouvementées que celles de ces seigneurs. »

*Qui bénéficiait du droit de banalité, c’est à dire dont l’usage était imposé par le suzerain à ses vassaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation de la commune

Créé par le 10 mai 2012 | Dans : Non classé

Présentation de la commune DSC00042-300x199La toponymie du nom Massac pourrait provenir du mot  » mas », qui signifie « petite maison » et du suffixe « ac » pour « eau ». Le nom Massac voudrait donc dire « petite maison au bord de l’eau ».

Evolution démographique: 1851 fut l’année où la population était la plus importante, 511 habitants. Jusqu’en 1876 elle reste fluctuante. A partir de 1881, suite au ravage du phylloxéra, une baisse régulière s’amorce, jusqu’à nos jours. Nous comptons actuellement 182 habitants pour une superficie de 915 Ha .

1646 IHS

Patrimoine de la commune: L’église, dédiée à Notre dame de l’Assomption, fut édifiée au XIIème siècle. Jusqu’en 1630, nous n’avons aucunes indication sur le village de Massac. En 1630-1631, les moines qui vivaient sur la commune, ont détourné la rivière afin de permettre le fonctionnement des moulins. En 1634, le moulin de Monsieur Boulet est construit par une communauté d’une trentaine de moines. On appelait ce moulin « le moulin du loup« car un de ces ancêtres était craint comme le loup. ces moines auraient vécu dans un prieuré qui se serait trouvé face à l’église. On retrouve à cet endroit un bâtiment où l’on remarque une petite fenêtre de style gothique . Il subsiste un escalier en pierre. On peut aussi lire l’inscription « 1646 IHS » surmonté d’une croix, sur le linteau d’une porte.

 

 

 

 

 

Koy242 |
Cameron Frost's Blog |
Echologiquehumaniste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Petites Herbes
| Womeninaleadershipposition
| Skialblog